Défaut d'assurance...

Défaut d’assurance : les hommes majoritairement concernés

            Alors que le nombre de conducteur non-assurés augmente, cette tendance concerne principalement les hommes et les jeunes.

Comme chaque année, le FGAO (Fond de Garantie des Assurances Obligatoires) dévoile son baromètre annuel, dressant un bilan de la non-assurance routière en France. Le but ? Avoir une meilleure vue d’ensemble de la situation, tout en sensibilisant le grand public sur les dangers de cette pratique, pourtant très répandue sur tout le territoire. Si le nombre exact de conducteurs circulant sans assurance n’est pas connu, le FGAO souligne dans son rapport avoir indemnisé plus de 27 332 victimes l’an dernier, pour un montant total de 106,3 millions d’euros. Pour rappel, cet organisme est chargé de prendre en charge toutes les victimes d’accidents ayant été causé par un tiers non-identifié ou en défaut d’assurance. Si le nombre d’indemnisations a baissé de 14,4 % en 2020, en raison notamment de la chute de la circulation routière due aux confinements, la tendance à la circulation sans assurance continue d’augmenter.

Si l’essentiel des interventions du FGAO concerne les conducteurs sans assurance, les délits de fuite sont également nombreux, et ont même tendance à être de plus en plus fréquents, causés la plupart du temps par une absence de couverture de l’auteur. Depuis 2010, ce type de pratique a connu une hausse de 34 %, et a représenté plus de 22 millions d’euros d’indemnisation aux victimes l’an dernier. Comme le souligne le rapport, 80 % des conducteurs sans assurance sont des hommes, tandis que les 26 à 35 ans sont les plus concernés. Cela s’explique notamment par des raisons financières, les plus jeunes étant également ceux qui doivent payer le plus cher pour être couverts. Par ailleurs, les chômeurs sont les plus représentés, suivis par les ouvriers et les cadres moyens et employés. Sans rien excuser, l’aspect financier joue sans aucun doute un rôle déterminant dans cette situation, alors que beaucoup d’automobilistes n’ont pas les moyens de souscrire à une assurance auto.

Quels départements sont les plus touchés ?

Si la conduite sans assurance est un fléau présent dans tout le territoire, certains départements sont toutefois plus touchés que d’autres. C’est notamment le cas de la Seine-Saint-Denis, qui représente 15,3 % des indemnisations du FGAO. Celle-ci est alors suivie par le Val-de-Marne (8,1 %) puis par Paris (6,5 %), les Bouches-du-Rhône (6,2 %) et le Val-d’Oise (7 %). En moyenne, 2,8 accidents pour 10 000 véhicules sont causés par des non-assurés en France, selon le fond de garantie. A noter que les conducteurs roulant sans couverture ont tendance à cumuler les infractions, puisque 26 % d’entre eux n’avaient pas leur permis au moment de l’accident et 18 % étaient positifs au contrôle d’alcoolémie. Selon le rapport, les véhicules légers sont les plus concernés, suivis par les deux-roues et les utilitaire, tandis que la plupart des accidents se déroulent sur des voies communales. Les autoroutes semblent en revanche plus sûres, puisqu’elles ne sont le théâtre que de 5,7 % des accidents.