Ford Mustang : Nouveau cheval de bataille

Retour d'un quatre cylindres, style moins rétro, adoption de roues arrières indépendantes... la nouvelle Mustang tranche avec sa devancière. Elle va même jusqu'à effectuer son come-back en Europe.

Bien qu'elle ait été écoulée à plus de neuf millions d'exemplaires lors de ses cinquante ans de carrière, la Mustang  est une rareté en France. Normal : seule sa première génération a été officiellement importée. Pour circuler dans nos contrées, les exemplaires plus récents doivent donc passer par une réception à titre isolée.
Une procédure longue, coûteuse et mal connue qui ne sera bientôt plus nécessaire, sauf pour quelques versions spécifiques.
Présentée à Detroit , la nouvelle mouture de cette sportive emblématique pourra en effet fouler la moquette des concessions Ford européennes, dès 2015, en coupé comme en cabriolet. Au grand dam de la Chevrolet Camaro , la seule "muscle car" disponible à l'heure actuelle de ce côté de l'Atlantique.

Pour enfoncer le clou, la Mustang proposera une offre plus variée que sa rivale. Sans aller jusqu'à adopter un diesel, elle renouera en effet avec un quatre cylindres essence, plutôt ambitieux.
Ce bloc 2.3 Turbo à injection directe et distribution variable développe pas moins de 309 ch., soit mieux que le V6 3.7 atmosphérique du modèle actuel.
Un candidat tout trouvé pour animer la future Focus RS ... Le couple n'est pas en reste, avec 407 Nm. Mais pour être réellement transporté en Amérique, il vaudra mieux opter pour le V8 5.0, fort de 426 ch. et 529 Nm. Un choix d'autant plus pertinent que la Mustang compte se débarrasser de sa réputation de "sportive de ligne droite", en adoptant enfin des roues arrière indépendantes !
Réglages de suspension et refroidissement seront par ailleurs revus spécifiquement pour l'Europe.

Cette cure de modernité touche aussi le design. Certes, on retrouve un long capot bosselé, des feux arrière en trois parties et une calandre trapézoïdale ornée d'un cheval au galop. Mais la poupe se révèle moins verticale, les phares affinés s'inspirent du concept Evos, et la petite vitre latérale en forme de triangle s'efface sur le coupé.
Quant à l'habitacle, il se met également à la page. Pas question de reprendre celui d'une Ford classique : le volant tulipé et les deux gros compteurs ronds rappellent au conducteur qu'il prend place dans une Mustang, pas dans une Mondeo.
Mais un système multimédia à écran tactile, un régulateur de vitesse actif, un démarrage main libre figurent désormais au catalogue des équipements disponibles, alors que l'arrivée d'aluminium brossé témoigne d'un souci de qualité perçu longtemps inconnu.
Pour percer en Europe, la Mustang pouvait difficilement dédaigner cet aspect.




4 Photos

Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi