Rallyes Infos



Le WRC revient en Corse!


Ce n'est plus un secret pour personne, le Championnat du Monde des Rallyes revient en Corse. Après six années passées en Alsace, la manche française du WRC retrouve enfin ses racines. L'exil ne pouvait plus durer car trop frustrant pour les nombreux corses passionnés par le sport automobile. Et puis n'oublions pas que l'île de beauté s'est forgée au fil des ans une vraie réputation de terre de rallyes grâce au Tour de Corse dont les médias du monde entier se faisaient l'écho chaque année. Disons alors que l'Alsace a voulu se faire plaisir, très encouragée dans sa démarche par Sébastien Loeb, lui qui doit tant à la Corse dans la réussite de sa carrière. Pour mémoire le 1er Tour de Corse Automobile a vu le jour en novembre 1956, c'est à dire bien avant la création du Championnat du Monde des Rallyes qui date de 1973. Cette année, c'est la 58ème édition qui va se dérouler du 1er au 4 octobre et qui va emprunter un parcours digne du passé comportant 9 épreuves spéciales. Car on a bien compris que l'appellation ''Tour d'Ajaccio'' n'était plus de mise pour pouvoir redorer le blason d'un tel rallye. Le départ du rallye sera donné d'Ajaccio le vendredi 2 octobre pour une première étape comprenant 3 ES avec l'arrvivée à Bastia. La 2ème étape permettra aux équipages de rejoindre Porto-Vecchio. Articulée elle aussi autour de 3 ES, elle propose au menu la fameuse ES de Murracciole-Col de Sorba qui sera la plus longue du rallye avec ses 49 km. La troisième étape conduira les (heureux) rescapés jusqu'à Ajaccio pour franchir la ligne d'arrivée aux environs de 16h pour la première voiture.


Giraglia

Succi s'impose enfin

Délaissant le cap et ses épreuves spéciales mythiques, cette 45ème édition de la ronde de la Giraglia n'a pas fait l'unanimité auprès des pilotes poussant même certains à renoncer à s'engager. Résultat, la liste des partants, affichée place Saint-Nicolas, était bien maigrichonne avec seulement 45 équipages au départ. Ce constat d'abandon était amplifié par l'absence de deux grands spécialistes du cap et vainqueurs de l'épreuve: Pascal Trojani et Jean-Marc Manzagol. Malgré tout, la magie du son et lumière était au rendez-vous le vendredi soir avec le prologue qui n'a pas manqué de ravir les nombreux spectateurs amassés aux endroits les plus spectaculaires du haut Bastia. Mais les choses sérieuses  allaient commencé le samedi matin avec l'ES2 (Borgo-Vignale). Victime d'une crevaison dans la descente de Vignale, Jean-François Succi (307 WRC), doit s'incliner et laisser le commandement à Paul Alerini (Fiesta R5). Charles Zuccarelli (207 S2000) pointe à 6,5'' et Frédéric Lefebvre (Lancer EVO8) à 20,5''. Handicapé par un retard de 51,1'', Succi a donc du pain sur la planche. Au point stop de l'ES3 (Penta di Casinca-Venzolasca), il est crédité du meilleur temps et revient dans le sillage des deux hommes de tête. Il récidive dans le second passage de Vignale et améliore de 7,7'' le temps d'Alerini établi dans le premier tour. 

Après l'ES5, le classement de la 1ère étape confirme la remontée fantastique de Succi qui s'intercale entre Zuccarelli et Alerini qui conserve la tête du rallye avec 25'' d'avance sur son rival. Lefebvre, associé à Sabrina De Castelli, caracole en tête du groupe N devant Eric Filippi (Mégane RS) qui malheureusement devra abandonner sur ennuis mécaniques.

Après une nuit de repos, les équipages quittent Bastia en direction de Venzolasca. Remonté comme un ressort, Succi colle pratiquement 10'' à Alerini qui reste encore aux commandes avec un capital de 14,8''. La 307 WRC fait valoir ainsi sa supériorité faisant trembler de plus en plus la concurrence. Au point stop de l'ES7 le verdict tombe comme un couperet: meilleur temps pour Succi qui laisse son rival à 20'' reprenant ainsi la tête du rallye avec 5,2'' d'avance. Jean-Marie Murati (Saxo VTS) domine le groupe F2000 et Vincent Raynaud (Lotus Elise) le groupe GT. Il ne reste plus que deux épreuves spéciales à parcourir. Dans l'ES8, Alerini sort la grosse attaque et ne concède que 0,9'' à Succi qui réalise encore le meilleur temps. Il faur attendre l'ES9, la dernière épreuve spéciale, pour voir Alerini faire le scratch, pour seulement deux petits dixièmes! Auteur d'une belle course émaillée par une remontée passionnante, Succi remporte donc la 45ème ronde de la Giraglia dont il était le grand favori. Les passionnés auront sans doute regretté qu'un duel à armes égales avec Trojani n'ait pas eu lieu. Ce qui est certain, c'est que cette épreuve, qui était inscrite au Championnat de France de 2ème division, puisse retrouver son berceau, le cap, dans l'intérêt de tous.


Podium




1: SUCCI Jean-François – VITRANI Olivier Peugeot 307 WRC 1:23:09,4

2: ALERINI Paul – NANNI Xavier Ford Fiesta R5 à 0:05,9                

2: ZUCCARELLI Charles – BONIFET Pierre-Antoine Peugeot 207 S2000 à 3:09,0


VAINQUEURS DE GROUPES


A8W: SUCCI Jean-François – VITRANI Olivier Peugeot 307 WRC 1:23:09,4

R5: ALERINI Paul – NANNI Xavier Ford Fiesta R5         à 0:05,9

FN4: LEFEBVRE Frédéric – DE CASTELLI Sabrina Mitsubishi Lancer EVO8 à 3:40,2

F2013: MURATI Jean-Marie – SANTONI Laurent Citroën Saxo à 4:20,8

GT9: RAYNAUD Vincent – LAPINA Michela Lotus Elise à 10:40,9


VAINQUEURS DE CLASSES


R3: MAESTRACCI François – CASANOVA Sébastien Renault Clio à 6:06,0

FA7K: MOTTARD Guy – MOTTARD Jordan Peugeot 306 Maxi à 6:30,9

R2: AGOSTINI Lucien – AGOSTINI Guillaume Peugeot 208 VTI à 8:39,9

F2014: CHABOT Julien-Remy - FREYSSAC Valérie Renault Clio 16S à 8:56,8

FA6: RADTKE Paul-André – STROMBONI Olivier Citroën Saxo VTS à 9:38,1

FN3: CARDI Cédric – FORNS Gérald Honda Civic R à 10:18,3

FA6K: ANFRIANI Paul-Etienne – CADDEO Allan Peugeot 206 XS à 13:24,1

FA8: ALLEGRE Francis – MURATI Laura BMW 325 I à 14:01,8

FN1: NICOLI Gérard – GALTIERI Marie-Flore Citroën AX Sport à 16:18,8



5 Photos

Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi