Skoda Yeti des Villes & Yeti des Champs

Škoda Yeti des villes Yeti des champs


Grâce à son style original et sa facilité d’utilisation, le Skoda Yeti s’est attiré ces dernières années beaucoup de sympathie et de succès. Le SUV compact de Skoda s’offre aujourd’hui deux nouvelles faces avant et se décline pour la première fois en deux versions : typée citadine ou typée baroudeuse. 


Le changement est surtout visible à l’avant. Le Yeti a échangé son museau à feux ronds contre des optiques rectangulaires plus traditionnelles. La face avant gagne en identité, et devient plus statutaire. Esthétiquement, le Yeti se fait moins remarquer, gagne en élégance, et affiche désormais un lien de parenté évident avec les récentes Octavia et Rapid.


On note aussi que le logo a migré de la calandre vers le capot et que les antibrouillards (désormais rectangulaires également) sont intégrés dans le nouveau pare-chocs. À l’arrière, le coffre affiche le pli triangulaire des dernières Skoda et on remarque aussi les blocs optiques (éventuellement à diodes) en forme de “C”.


Deux visages

Le Yeti est maintenant proposé en deux variantes : Yeti et Yeti Outdoor. La différence entre les deux est seulement cosmétique. La version Outdoor dispose de plus grosses protections verticales du pare-chocs avant, qui est en plastique noir et pas peint dans la couleur de la carrosserie. Pour obtenir ce look baroudeur, vous devrez ajouter un supplément de 1 600 euros (selon version). Et vous pouvez également disposer d’une meilleure protection du soubassement, en optant pour le pack rough road package (125 euros).  


Jouer dans la boue

Lors de ce premier essai, nous avons pu tester les qualités du Yeti dans la boue, lors d’un parcours off-road. Les versions 4x4 sont toujours équipées d’un coupleur piloté Haldex, mais celui-ci est désormais de 5e génération : il est plus léger et reporte le couple plus rapidement vers l’arrière. Et le bouton “Off-road” situé sur la console centrale vous offre l’aide nécessaire pour évoluer en terrain difficile. 

Le Yeti est capable d’évoluer dans 30 cm d’eau et lorsque  la pente atteint 10 degrés en descente, vous n’avez plus besoin de freiner puisque l’aide au freinage s’en occupe automatiquement. En position “Off-road”, l’ASR autorise aussi davantage de patinage des roues et l’ABS retarde aussi son intervention, pour que les roues soient freinées aussi par le sable ou le gravier. 




Sur la route

Le Yeti est en fait davantage typé route, où il se distingue par son excellent comportement. La suspension est assez dure et filtre parfaitement les irrégularités, elle contrôle bien les mouvements de caisse. 

Notre modèle d'essai, doté du 2.0 TDI 140 en version 4x4 et boîte DSG6, s'est révélé comme étant un bon compromis en terme d'agrément de conduite, la DSG6 est parfaitement adaptée à une conduite aussi bien cool que plus dynamique.

 La force du Yeti est donc de proposer une gamme toujours complète, avec ses 4x2, 4x4, boîtes manuelles et DSG, diesels puissants (jusqu'à 170 ch), version civile et version Outdoor plus baroudeuse, ce que les crossover urbains ne peuvent proposer… 

La gamme dispose de bien d’autres possibilités : traction ou 4x4, boîte manuelle ou DSG 6 ou 7, version “éco” Greenline (119 g/km de CO2), etc.


Conclusion

Ce SUV au nom d’abominable homme des neiges convainc toujours par ses qualités routières, sa bonne finition et sa fonctionnalité. On trouve aussi de nouvelles options qui le rendent plus moderne, comme la caméra de recul, l’accès mains-libres ou l’amélioration du système de parking, son tapis de coffre réversible et ses sièges modulables rendent le Yeti très pratique, et toujours aussi bien placé en rapport prix/équipements.


Les plus vomag

- Habitabilité et coffre

- Tenue de route 

- Aspects pratiques 

Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi