Toyota RAV-4 Hybrid : un hybride pour revenir au contact

Pionnier des SUV compacts, le Toyota RAV-4 se décline en une version hybride pour mieux reconquérir son public. Pari tenu?

Pionnier chez les SUV dans les années 90, le RAV-4 s’est imposé puis a subitement perdu de sa superbe et de son intérêt, surtout face à une concurrence asiatique (coréenne surtout) qui s’est rapidement aiguisée les dents. Le voilà qui compte prendre sa revanche. Et pas n’importe comment : en étrennant une nouvelle version hybride, spécialité reconnue de Toyota

197 ch

Cela dit, la machinerie est connue pour déjà équiper les Lexus IS300h et NX300h. L’engin combine donc un 4 cylindre essence de 2,5 litres à deux moteurs électriques. Celui situé à l’avant atteint une puissance de 105 kW tandis que celui situé à l’arrière délivre 50 kW. De qui proposer au final 197 ch en mode combiné pour une vitesse maximale limitée à 180 km/h (car l’engin fait l’impasse sur un réducteur) et un 0-100 km/h couvert en 8,9 s avec le seul moteur thermique ou 8,7 s s’il recourt à la combinaison avec les moteurs électriques. Plus qu’honnête.

115 g/km

Même hybride, la RAV-4 reste un SUV intégral puisqu’il profite de la technologie E-Four qui met à contribution le moteur électrique placé à hauteur d’essieu arrière pour animer les roues postérieures. Une technique déjà aperçue chez Lexus, déjà avec le premier RX400h. Pour le reste, le grand intérêt du RAV-4 hybride, ce sont ses rejets limités de CO2 : 115 g/km pour une consommation officielle de 4,9 l/100 km. Voilà donc le SUV de Toyota prêt à remonter sur les planches, même si on se plaît à rêver d’une version hybride rechargeable pour faire concurrence au nouveau Volkswagen Tiguan GTE

Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi